format-vignette-win-2-15-0

Quand les fabricants de textile sportif deviennent fabricants de masques

Zoom sur Pierrick, étudiant en 3ème année de Bachelor Management du Sport à WIN Caen, en alternance chez Garuda Sport.

Cette entreprise, spécialisée dans la confection de vêtements de sport a réorienté ses ateliers depuis le début de la crise sanitaire actuelle. Les salariés de l’entreprise, autrefois habitués à vendre des équipements de vélo, d’athlétisme ou de triathlon sont aujourd’hui pleinement impliqués dans la confection de masques homologués et de surblouses.

C’est aujourd’hui presque 3 500 masques par jour qui sortent des ateliers, soit presque 100 000 masques confectionnés depuis le début du confinement :

"L’idée de faire des masques est venue suite à la demande d’une première entreprise, après avoir fait le tour des stocks de tissus présents dans l’entrepôt, nous avons commencé à confectionner des patrons de masques à la main. Puis, face à la demande grandissante, nous avons fait des commandes de tissus spécifiques pour répondre aux demandes de plus en plus nombreuses, après diffusion de notre production de masques dans les journaux."

Cette production permet aujourd’hui à Garuda Sport de maintenir ses 10 emplois et fournir des protections à des soignants, des pharmacies, des entreprises privées ou particuliers.

Une belle image de solidarité entre le monde du sport à l’arrêt et le monde médical plus que jamais sollicité. Une solidarité maintenue elle aussi avec le territoire national puisque l’entreprise a toujours à cœur de maintenir, comme pour ses articles de sport, une fabrication 100% française !

Les missions initiales de Pierrick étaient la commercialisation et le démarchage pour la diffusion d’articles de sport. Aujourd’hui, pas de changement en terme commercial, le démarchage continue mais auprès des entreprises ou des pharmacies pour augmenter la diffusion des masques confectionnés par Garuda Sport. Notre alternant met lui aussi maintenant « la main à la pâte » pour augmenter la cadence de production des masques face à une demande toujours grandissante :

"Je suis devenu temporairement un employé d’atelier. Deux semaines de chômage technique pour l’entreprise ce sont deux semaines sans chiffre d’affaire, on est tous venus aider l’atelier pour permettre d’augmenter les productions." 

Même avec le déconfinement du 11 mai, l’entreprise continue de confectionner à 100% des masques car la demande est encore forte :

"Au fil du temps, nous avons pour volonté d’inverser la tendance et de refaire des tissus sportifs entre deux masques pour satisfaire nos clients du secteur sportif !"